Les écrits de Sainte Thérèse de Lisieux résonnent particulièrement en nous en cette pandémie

Sainte Thérèse de Lisieux décrit son quotidien alors que l’épidémie de grippe russe frappe sa communauté.

Dans Histoire d’une âme, sont retranscrits les écrits de l’une des saintes les plus populaires, Sainte Thérèse de Lisieux. Au fil des pages, nous découvrons, ou re-découvrons, son quotidien à l’époque de la grippe russe qui avait touché près de la moitié de la population européenne et américaine.

Elle y évoque un temps où « la mort régnait partout », mais aussi le soin qu’elle prodiguait aux soeurs malades, ainsi que « l’ineffable consolation de faire tous les jours la Sainte Communion ».

« Un mois après le départ de notre Sainte Mère, l’influenza se déclara dans la communauté, j’étais seule debout avec deux autres soeurs, jamais je ne pourrai dire tout ce que j’ai vu, ce que m’a paru la vie et tout ce qui passe…

Le jour de mes 19 ans fut fêté par une mort, bientôt suivie de deux autres. À cette époque j’étais seule à la sacristie, ma première d’emploi étant très gravement malade, c’était moi qui devais préparer les enterrements, ouvrir les grilles du choeur à la messe, etc. Le Bon Dieu m’a donné bien des grâces de force à ce moment, je me demande maintenant comment j’ai pu faire sans frayeur tout ce que j’ai fait ; la mort régnait partout, les plus malades étaient soignées par celles qui se traînaient à peine, aussitôt qu’une soeur avait rendu le dernier soupir on était obligé de la laisser seule. Un matin en me levant, j’eus le pressentiment que Sr Madeleine était morte ; le dortoir était dans l’obscurité, personne ne sortait des cellules, enfin je me décidai à entrer dans celle de ma Sr Madeleine dont la porte était ouverte ; je la vis en effet, habillée et couchée sur sa paillasse, je n’eus pas la moindre frayeur. Voyant qu’elle n’avait pas de cierge j’allai lui en chercher, ainsi qu’une couronne de roses.

Le soir de la mort de Mère Sous-Prieure, j’étais seule avec l’infirmière ; il est impossible de se figurer le triste état de la communauté à ce moment, celles qui étaient debout peuvent seules s’en faire une idée, mais au milieu de cet abandon, je sentais que le Bon Dieu veillait sur nous. C’était sans effort que les mourantes passaient à une vie meilleure, aussitôt après leur mort une expression de joie et de paix se répandait sur leurs traits, on aurait dit un doux sommeil ; c’en était bien un véritablement puisque après que la figure de ce monde aura passé, elles se réveilleront pour jouir éternellement des délices réservées aux élus…

Tout le temps que la communauté fut ainsi éprouvée, je pus avoir l’ineffable consolation de faire tous les jours la Ste Communion… Ah ! que c’était doux !… Jésus me gâta longtemps, plus longtemps que se fidèles épouses, car il permit qu’on me Le donnât sans que les autres aient le bonheur de Le recevoir. J’étais aussi bien heureuse de toucher aux vases sacrés, de préparer les petits langes destinés à recevoir Jésus, je sentais qu’il me fallait être bien fervente et je me rappelais souvent cette parole adressée à un saint diacre : ‘Soyez saint, vous qui touchez les vases du Seigneur’.

Je ne puis pas dire que j’aie souvent reçu des consolations pendant mes actions de grâces, c’est peut-être le moment où j’en ai le moins… Je trouve cela tout naturel puisque je me suis offerte à Jésus non comme une personne qui désire recevoir sa visite pour sa propre consolation, mais au contraire pour le plaisir de Celui qui se donne à moi. Je me figure mon âme comme un terrain libre et je prie la Ste Vierge d’ôter les décombres qui pourraient l’empêcher d’être libre, ensuite je la supplie de dresser elle-même une vaste tente digne du Ciel, de l’orner de ses propres parures et puis j’invite tous les Saints et les Anges à venir faire un magnifique concert.

Il me semble lorsque Jésus descend dans mon coeur, qu’Il est content de se trouver si bien reçu et moi je suis contente aussi… Tout cela n’empêche pas les distractions et le sommeil de venir me visiter, mais au sortir de l’action de grâces voyant que je l’ai si mal faite je prends la résolution d’être tout le reste de la journée en action de grâces… Vous voyez, ma Mère chérie, que je suis loin d’être conduite par la voie de la crainte, je sais toujours trouver le moyen d’être heureuse et de profiter de mes misères… sans doute cela ne déplaît pas à Jésus, car Il semble m’encourager dans ce chemin.

Un jour, contrairement à mon habitude, j’étais un peu troublée en allant à la Communion, il me semblait que le Bon Dieu n’était pas content de moi et je me disais : ‘Ah ! si je ne reçois aujourd’hui que la moitié d’une hostie, cela va me faire bien de la peine, je vais croire que Jésus vient comme à regret dans mon coeur’. Je m’approche… oh bonheur ! pour la première fois de ma vie, je vois le prêtre prendre deux hosties bien séparées et me les donner !… Vous comprenez ma joie et les douces larmes que j’ai répandues, en voyant une si grande miséricorde… »

La rédaction

Image : Creative Commons – Wikimedia/Searobin

Tendances

Chaque jour, toutes les infos !

ARTICLES RÉCENTS

Des « sorcières » ont coupé en deux la croix du Pic Saint-Loup

Dans la nuit de dimanche à lundi, la croix du Pic Saint-Loup a été coupée en deux. La Croix du Pic Saint-Loup trônait sur le...

Virus, religion et politique : Dieu appelé au secours de l’Amérique latine

Virus, religion et politique : Dieu appelé au secours de l’Amérique latine Kelber Pereira Gonçalves, Université de Tours Si la propagation du virus Covid-19 est mondiale, les discours politiques, médiatiques...

Le Pape reporte le Congrès Eucharistique International de Budapest à 2021

Le Congrès Eucharistique International est reporté à septembre 2021. Le 52ème Congrès Eucharistique International devait se tenir à Budapest du 13 au 20 septembre prochain,...

En Chine, on torture des prêtres pour les forcer à rejoindre l’église patriotique

Un magazine sur la liberté religieuse en Chine révèle des cas de torture de prêtre pour les contraindre à adhérer à l'Association Catholique Patriotique...

Le Sanctuaire Notre-Dame du Puy a besoin de votre aide

Plus ancien lieu d’apparition de la Vierge en France, le Sanctuaire Notre-Dame du Puy accueille, chaque année, près de 600 000 personnes. Au cœur...

On dit LE covid 19 ou LA covid 19 ? La réponse de l’académie française va vous surprendre

Dans une publication parue le 7 mai sur son site web, l'Académie française nous interpelle sur le bon usage dans la langue française de...

Décès de Birthe Lejeune : « Âme de la Fondation », elle avait consacré sa vie « au service des plus fragiles »

Nous honorons la mémoire de Birthe Lejeune, veuve du professeur Jérôme Lejeune, décédée des suites d'une longue maladie le mercredi 6 mai. Birthe Lejeune est...

Etienne Tarneaud / Une chanson pour l’Evangile de dimanche prochain : « Je suis le Chemin »

Etienne Tarneaud, chanteur et conteur biblique, vous propose la chanson de l'évangile de dimanche prochain : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie....

Vidéo / Découvrez « On ira tous en librairie », le clip des auteurs et éditeurs catholiques

La fermeture des librairies pendant le confinement a mis à mal la filière du livre catholique en France. Pour soutenir la filière du livre,...

Les Foyers de Charité révèlent les agissements du Père Georges Finet

Communiqué de la Conférence des Evêques de France du 07 mai 2020 Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France a été informé...