« Il n’y avait pas de terroristes là-dedans ! » : Mgr Aupetit condamne l’entrée des policiers armés dans l’église parisienne

Dimanche, trois policiers armés sont entrés dans une église parisienne où une messe était célébrée. 

« Il y a interdiction formelle aux policiers de rentrer en arme dans l’église. » Les propos de Mgr Michel Aupetit sont clairs et révèlent le vif désaccord de l’archevêque de Paris suite à l’intervention de trois policiers armés en la paroisse Saint-André-de-l’Europe ce dimanche.

Avec le confinement, comme de nombreuses églises, la paroisse Saint-André-de-l’Europe propose des messes rediffusées sur les réseaux sociaux.

Dimanche matin, l’abbé Philippe de Maistre était en train de célébrer la messe lorsque des policiers armés ont fait irruption dans le lieu de culte, suite à la dénonciation d’un voisin qui faisait état de « messe clandestine ». Il nous a raconté cette douloureuse expérience dans le cadre de notre série d’articles « 3 questions à… ».

Son récit des faits a été également repris par Le Figaro.

« Nous étions sept personnes : moi-même, un servant, un chantre, un organiste, et trois paroissiens pour donner la réplique et faire les lectures. Au milieu de la messe, trois policiers armés ont pénétré dans l’église. Or, l’autorité de police dans une église, c’est le curé ! À part les pompiers, la police ne peut entrer, tant qu’elle n’est pas appelée par le curé. »

Des propos confirmés par Mgr Michel Aupetit auprès de Radio Notre-Dame.

« Le problème c’est que du coup les policiers sont entrés en armes dans l’église. Or il y a interdiction formelle aux policiers de rentrer en arme dans l’église. Il n’y avait pas de terroristes là-dedans. »

Ce dernier n’hésite pas à comparer la période que nous vivons à celle de l’Occupation.

« On est dans une époque un peu particulière qui rappelle certaines époques de la France pas très heureuse, comme l’Occupation. »

L’archevêque de préciser les conditions de cette messe, « pas du tout clandestine ».

« Vous savez dimanche, par exemple, il y a des policiers qui sont entrés armés dans une église. Dimanche, il y avait le prêtre, un diacre, deux servants. Et un voisin, évidemment plein de bienveillance comme vous pouvez l’imaginer, a appelé la police en disant, ‘y a une messe clandestine’. Pas du tout clandestine ! Y a une messe, parce que la messe est dite tous les jours. On a quand même le droit de dire la messe, je vous signale. Faut quand même arrêter le cirque, hein ! Avec le minimum de gens pour éviter les proportions. Moi je dis bien la messe tous les dimanches, et même tous les jours. »

Devant cette intrusion pourtant interdite, l’homme d’église se dit même prêt à « prendre la parole » et à « aboyer très fort ».

« Il faut quand-même un peu garder la tête froide et arrêter ce cirque. Sinon là, on va prendre la parole et en cas de confinement, aboyer très fort. »

La Rédaction

Crédit Image : Creative Commons – Wikimedia/Guilhem Vellut

Tendances

Chaque jour, toutes les infos !

ARTICLES RÉCENTS