Grégory Turpin rend hommage au chanteur Christophe décédé jeudi 16 avril

Le chanteur Christophe, disparu dans la nuit de jeudi à vendredi, compte dans son oeuvre pléthorique quelques belles chansons où il s’adresse à Dieu. Grégory Turpin se souvient…

Le chanteur Christophe est mort, jeudi 16 avril, d’une maladie pulmonaire. C’était un artiste, devenu mythique, avec son timbre très particulier, presque féminin, qui se plaisait à décrire un univers baroque et romantique. Il exprimait une vision rock-dandy et poétique de la chanson française, après un début dans les années yé-yé. 

Hormis les morceaux cultes, Aline et Les Mots bleus, je n’avais pas une très bonne connaissance de l’oeuvre de Christophe, qui a exploré de nombreux styles musicaux, mais j’appréciais beaucoup sa musicalité et la posture d’artiste total qu’il incarnait. 

En 2015, je viens de signer chez Universal Music pour mon troisième album. Mon producteur de concerts, avec qui nous préparons l’Olympia, me présente une jeune manageuse d’artistes avec qui je m’entend bien et à qui je demande de me représenter. Quelques mois plus tard, elle m’annonce qu’on vient également de lui proposer de gérer la carrière de Christophe. Nous avons donc partagé pendant près d’un an, la même manageuse et j’en ai donc beaucoup appris à son sujet. J’ai pu le voir en concert et j’ai été invité à l’événement de sortie de son album Les Vestiges du chaos (2016) dans une mythique boîte de nuit parisienne (cela faisait des années que je n’étais pas sorti ainsi en boîte). J’ai pu discuter avec lui à cette occasion, pas assez pour pouvoir dire que j’ai connu Christophe… Mais assez pour me donner le goût de découvrir plus profondément son oeuvre artistique.

Christophe se méfiait de la religion, ce n’était pas son truc. On ne peut pas dire qu’il ait eu une démarche chrétienne. Néanmoins, comme beaucoup d’artistes et de poètes, cet oiseau de nuit pouvait être touché par la grâce. Il avait une sensibilité “spirituelle” et ne s’opposait pas à mettre en musique des prières. En dehors de la “religion”, je me plais à croire qu’il avait une relation avec le Seigneur. 

Dans sa belle chanson, Parle lui de moi, sortie en 2008 il s’adresse directement à Dieu :

“Je regarde le ciel
Les mains tendues vers Toi
Mon Dieu, si elle T’appelle
Parle-lui de moi.”

Il l’interprètera sur France 3 avec les Petits Chanteurs à la Croix de bois quelques temps plus tard, assumant ainsi la dimension particulière de cette chanson.

La dernière composition connue de Christophe a été la bande-originale du film Jeanne de Bruno Dumont, sorti en 2019 et consacré à la vie de Jeanne d’Arc. Dans ce film, inspiré de l’oeuvre du grand écrivain catholique Charles Péguy, le chanteur joue un petit rôle muet de moine et il prête sa voix à certaines des chansons les plus profondes. 

On l’entend s’écrier dans le morceau Oh mon Dieu :
« Oh mon Dieu, écoutez bien ma prière […] Pardonnez-moi, pardonnez-nous, à tous, le mal que j’ai fait. […] Mon Dieu, sauvez-nous ! Ha la Vie Éternelle ! »

Sur ces derniers mots, je souhaite à Christophe de reposer en Paix. Il nous précède maintenant devant la miséricorde divine.

Grégory Turpin

Image : Thesupermat / CC BY-SA

Tendances

Chaque jour, toutes les infos !

ARTICLES RÉCENTS