Édouard Philippe annonce une reprise éventuelle des offices religieux à partir du 29 mai

Le gouvernement envisage une reprise des offices religieux à partir du 29 mai.

Édouard Philippe a présenté aujourd’hui au Sénat la stratégie nationale de déconfinement. Il y annonce la possible reprise des offices religieux à partir du 29 mai « si la situation sanitaire ne se dégrade pas au cours des premières semaines de levée du confinement ».

Le Premier Ministre commence par évoquer le confinement comme un « moment critique », un moment « grave » et unique dans l’histoire de notre pays.

« Nous sommes à un moment critique. Lorsque pour la première fois dans son histoire notre pays se trouve confiné depuis plus de 7 semaines, lorsque ses cafés, ses restaurants, ses universités, ses lycées, ses écoles, ses églises et ses temples, ses synagogues et ses mosquées, lorsque la très grande majorité de ses entreprises, la totalité de ses théâtres, de ses bibliothèques ou de ses librairies et bien d’autres encore sont fermés, vides de tout public, sans aucune activité, le moment est grave. »

Édouard Philippe évoque ensuite « le désarroi des croyants » et reconnait le renoncement dont ils ont dû faire preuve. Il dit comprendre leur « impatience ».

« J’entends le désarroi des croyants, privés de rassemblements et de célébrations, qui ne sont pas seulement une expression de leur appartenance religieuse, mais une des sources vivantes de leur foi. Ils ont dû renoncer à beaucoup de ces rites qui marquent les grands moments de la vie. Et je pense aux moments de fête autant qu’aux moments de deuil. Je comprends l’impatience des ministres de cultes de toutes les confessions. »

Dans ce contexte, et « si la situation sanitaire ne se dégrade pas au cours des premières semaines de levée du confinement », il annonce que « le gouvernement est prêt à étudier la possibilité que les offices religieux puissent reprendre à partir du 29 mai ».

« Je leur demande instamment d’attendre en conscience, pour que nous n’ayons pas à regretter une décision précipitée. Tout le monde reconnaitra que les cérémonies et offices dans les églises, dans les synagogues, dans les temples, dans les mosquées, à plus forte raison, les mariages, les baptêmes, les bar-mitsvas, réunissent des proches et des moins proches dans des lieux souvent confinés, avec une forme de brassage qui est profondément réjouissante en temps normal, mais infiniment périlleuse en temps de crise sanitaire. J’avais indiqué qu’il faudrait attendre le 2 juin pour que des offices et des prières ouvertes aux fidèles puissent à nouveau se tenir dans les lieux de culte. Beaucoup de cultes ont fait des propositions, après s’être entendu, pour concilier le déroulement de leurs réunions avec les exigences de distanciation physique. Je sais notamment que la période du 29 mai au 1er juin correspond, pour plusieurs cultes, à des fêtes ou à des étapes importantes du calendrier religieux. C’est pourquoi, si la situation sanitaire ne se dégrade pas au cours des premières semaines de levée du confinement, le gouvernement est prêt à étudier la possibilité que les offices religieux puissent reprendre à partir du 29 mai. »

La rédaction

Image : Creative Commons – Wikimedia/Tsaag Valren

Tendances

Chaque jour, toutes les infos !

ARTICLES RÉCENTS